Ministères Organismes

Mercredi du CIDOP: Le coût de passage portuaire.

Mercredi du CIDOP: Le coût de passage portuaire.

Au Centre de Formation de l’APN ce 29 mai dans le cadre des mercredis du CIDOP, Monsieur Hugues DESGRANGES, Responsable de l’Unité des Affaires Internationales de l’institution, intervenait sur un thème fort et délicat Le coût de passage portuaire, en présence du Directeur Général, Monsieur Hervé ÉVEILLARD, des Directeurs sectoriels, des cadres de l’APN et des gradués du programme TrainForTrade en gestion moderne des ports de la CNUCED.

Dès les premières diapositives, le présentateur laisse déduire les difficultés inhérentes à la maîtrise du coût de passage portuaire dont les calculs débutent depuis l’accostage du navire jusqu’à la sortie de la marchandise de l’enceinte portuaire. Les objectifs, souvent contradictoires des acteurs portuaires, ne facilitent pas la compréhension du coût de passage des marchandises ; Sophie MICHEL et Laurent LÉVÊQUE dans l’avant-propos de Le passage portuaire affirment : Pour beaucoup le passage portuaire de la marchandise demeure une « boîte noire » dont on n’entend parler que lorsque surgissent des problèmes. En fait, le port est le siège d’une alchimie complexe qui mobilise des marchés, des technologies et des hommes.

Monsieur DESGRANGES a fait le constat que malgré la réduction du droit de quayage au port international de Port-au-Prince, le coût de passage portuaire n’a pas diminué proportionnellement ; En vue d’une meilleure compréhension du coût de passage des marchandises dans le port il a proposé la création d’un observatoire qui organiserait la veille autour de la question du passage portuaire tant à Port-au-Prince qu’au Cap-Haïtien.

Au moment des débats, des participants ont questionné sur le lien entre le coût de passage et la fréquentation d’un port, de sorte que si le coût de passage est élevé dans un port, est-ce une condition suffisante de ne pas fréquenter ledit port ? Un participant a cité le Président Préval qui affirmait « Le port de Port-au-Prince est le port le plus cher de la Région ». Monsieur DESGRANGES répond « Un port cher, ce n’est pas un port dont les tarifs sont élevés mais un port dont les services ne sont pas au niveau des tarifs. »

Plusieurs théories sur la détermination du coût de passage portuaire des marchandises ont été discutées, il en résulte une meilleure compréhension de la part des participants.

La question est si importante que le Directeur Général est intervenu afin d’exprimer sa préoccupation et en a fait des suggestions. Comme d’habitude, les discussions allaient se poursuivre à la cafétéria de l’institution où un dîner clôturait l’importante activité du jour.

 
CIDOP

Commentaires